L'occasion faisant le laron, un article a été publié en faveur de Monsieur Eric Kajemba et Madame Christine champion de la gouvernance de sécurité dans le secteur minier, une mérite décernée par le DCAF pour l'année 2020.
Ci-dessous le lien vers l'article :
https://www.accahumanrights.org/fr/actualit%C3%A9s/actualit%C3%A9s-de-l-acca/314-nouvelles-des-membres-de-acca-%20

end Row -->

PRESENTATION DE L’OGP AU 11 ème FORUM DES NATIONS UNIS SUR LES ENTREPRISES ET LES DROITS DE L’HOMME DU 28 AU 30-11-2022 A GENEVE

Session organisée par le groupe de Travail des Nations Unies sur les entreprises et les droits de l’homme THEME : TIRER PARTIE D’UNE APPRROCHE FONDEE SUR LES DROITS DE L’HOMME DANS LES INDUSTRIES EXTRACTIVES ET ENERGETIQUES BREVE DESCRIPTION Il est clair que si les titulaires des droits miniers, gaziers et autres ne développent pas une approche basée sur les droits de l’homme dans tous le processus de développement de leurs opérations, il s’en suivra des impacts négatifs qui ne pourront pas garantir un développement durable. En Afrique, les différentes lois et autres instruments juridiques reconnaissent le respect des droits de l’homme et autres libertés fondamentales comme gage de développement durable. Dans un contexte de gouvernance fragile, les titulaires des droits ont le choix d’assoir leur politique sur une approche basée sur le respect de droits de l’homme ou non. Tout est question d’une conduite responsable et de bonne foi. L’ouverture des espaces du dialogue avec toutes les parties prenantes constituent la pierre angulaire de la réussite d’un projet d’exploitation minière basée sur une approche de respect des droits de l’homme. De toutes les parties prenantes, les communautés locales sont les premières à subir les contres coups d’une mauvaise gestion de mise en œuvre des principes directeurs des Nations Unies sur les droits de l’homme et des entreprises. Quelques défis pour mieux garantir les intérêts mutuels et non concurrents des parties prenantes : -une bonne définition de la communauté (qui parle en son nom ?, qui la compose ?) -Comment garantir un mécanisme participatif et représentatif de la communauté riveraine à la mine ? -La CLIP doit aller au-delà d’un simple mécanisme juridique en tenant plus compte des capacités des communautés à comprendre le projet avant son installation , à l’informer continuellement tout le long du processus de mise en œuvre ; à l’éclairer sur les choix qu’elle opère pour tirer une contrepartie tangible de l’exploitation minière de leur entité. - Un suivi conjoint des engagements à travers la définition d’une vision partagée de toutes les parties prenantes dès le début du projet permet de prévenir le risque des conflits et de violation des droits de l’homme par la suite ; cela suppose plus d’engagement et de la transparence dans le chef de toutes les parties prenantes. - Dans un contexte de déficit de gouvernance, nous avons plus de chance de réparation par les entreprises de leurs violations en empruntant un schéma non judicaire fondé sur le dialogue multipartite et / ou un plaidoyer discret qui donne la chance à la mutualisation des intérêts - La RDC est engagé dans différentes initiatives internationales notamment les Principes volontaires sur la sécurité des droits de l’homme où elle attend son adhésion, les principes directeurs des Nations Unis sur les droits de l’homme et des entreprises, l’ITIE, le devoir de diligence de l’OCDE, le Règlement Européen sur les minerais des conflits, etc. -Comment ces différentes initiatives internationales se complètent-elles et s’adaptent au contexte des pays en voie de développement ? (artisanat, développement communautaire, lutte contre la pauvreté, etc) L’on peut noter des efforts considérables en RDC à savoir : - L’existence des groupes de travail multi acteurs localisés dans deux provinces de l’Est de la RDC et un groupe au niveau national. - Un début de réflexion pour se doter d’un plan d’action national relatif aux principes directeurs des Nations Unis sur les droits de l’homme et des Entreprises, le développement de quelques chaines d’approvisionnement libre des conflits de 3T. - La conformité aux exigences de l’ITIE (89% à la dernière évaluation) - Le grand défi, c’est comment cela se traduit dans l’amélioration des conditions de vie des communautés au-delà de simples exigences internationales MERCI DE VOTRE ATTENTION ERIC KAJEMBA COORDINATEUR OGP/RDC

Champions de la Gouvernance et du secteur Securité

Pour vous un article de de Coalition Africaine pour la Redevabilité des Enterprises en ACCA en sigle. ACCA est une méga plate forme internationale qui regroupe les organisations de la société civile de l'Afrique, les entreprises et les gouvernements. Ces acteurs de trois piliers œuvrent ensemble pour la protection des droits de l'homme. A l'occasion de chaque année, ACCA fait des newsletter dont un chapitre est consacré à ses membres qui ont fait des merveilles dans leur travail.


L'occasion faisant le laron, un article a été publié en faveur de Monsieur Eric Kajemba et Madame Christine champion de la gouvernance de sécurité dans le secteur minier, une mérite décernée par le DCAF pour l'année 2020.
Ci-dessous le lien vers l'article :
https://www.accahumanrights.org/fr/actualit%C3%A9s/actualit%C3%A9s-de-l-acca/314-nouvelles-des-membres-de-acca-%20

L'équipe cadre félicite le coordo

L'équipe cadre de l'OGP enclrge et felicite Eric et Christine qui viennent d'être primé comme champion de la gouvernance de sécurité dans le secteur minier par le Centre de Genève pour la Gouvernance du Secteur de Sécurité (DCAF/ SUISSE).

Atelier de réfléxion

L'OGP dans le cadre de son projet Madini a tenue un atelier de réfléxion sur la résolution des conflits sur les sites minier de Ruziba à Lumbishi en territoire de Kalehe. A l'issue ces acises, les participants se sont engager à travailler et gagner ensemble dans un esprit de la paix et de la cohésion sociale. Notons que cet atelier a été organisé en collaboration avec le SAEMAP et à connu non seulement la participation des services techniques du ministre des mines mais aussi les autorités locales et les parties en conflits.

Plus d'information, cliquez ici pour télécharger le communiqué final